Pourquoi tu oublies ce que tu apprends ?

J’adore apprendre, que ce soit en dev, en cuisine ou un nouveau sport. C’est quelque chose qui me rend vivant. Que ce soit sous forme de lecture (je suis en train de lire « The Passionate Programmer » et « Designing Data-Intensive Applications« , deux super livres dont je ferai peut-être un résumé sur ce blog), formation en présentiel ou en ligne. Autodidacte, je consacre entre 20h à 30h par mois à l’apprentissage de nouvelles compétences.

En tant que Data Engineer, l’apprentissage continu est une compétence clé pour pouvoir progresser dans mon métier.

Seul défaut à tout ça : j’oublie tout ce que j’apprends !

Afin « tout », c’est un peu fort, mais globalement, au moins 90% de ce que je lis ou apprends est oublié quelques semaines après (4/5 semaines).

D’autant plus que je lis et je me forme majoritairement sur des sujets comme l’informatique, la productivité ou encore la philosophie/psychologie/sociologie. Il n’y a pas d’histoire ou de « fil rouge » pour m’aider à retenir.

Il ne me reste que les grandes idées, mais est-ce que ça pose problème ?

Pourquoi apprends-tu ?

Avant de commencer à apprendre un nouveau contenu, je me pose toujours cette question :

« Pour quelle raison je veux apprendre cette nouvelle compétence ? »

Cette question peut paraitre futile, mais sans réelle envie ou motivation d’apprentissage, il n’y a pas vraiment de raison de retenir ce nouveau savoir. Nous ne sommes plus à l’école, où beaucoup d’entre nous ont dû apprendre des matières qui ne nous intéressaient pas.

Bon, une fois que j’ai trouvé une réelle motivation, il est temps de se mettre au travail. Une concentration optimale est nécessaire pour maximiser mon apprentissage. J’évite de consulter mon téléphone, PC ou d’autres activités réduisant ma concentration. Pour éviter toute tentation, il m’arrive même de mettre mon téléphone dans une autre pièce, car je ne suis pas à l’abri d’un craquage.

Une fois que le savoir est absorbé, c’est maintenant que la galère commence.

Les cercles infernaux de l’oubli

Généralement, notre cerveau oublie :

  • Après 20 minutes : 40% du contenu appris
  • En 9 h : Plus de 60% du contenu appris
  • Après 30 jours : Plus de 80% du contenu appris
Courbe de l’oubli – https://www.apprendreaapprendre.com/reussite_scolaire/wp-content/uploads/2014/06/tableau-courbe-de-oubli.jpg

Finalement, il me reste moins de 20% de connaissance. Est-ce que c’est grave ?!? Non, car ton cerveau est plus malin qu’il n’y paraît.

Les solutions que j’applique (par type de contenu)

Cône de l’apprentissage – https://fr.wikipedia.org/wiki/Courbe_d%27apprentissage

Pour chaque support d’apprentissage (lecture ou formation par exemple), voici les formats et les méthodes que j’utilise le plus pour réduire la perte de savoir :

  • Livres purement théoriques :
    • Quand c’est un nouveau sujet pour moi: Pour une technologie/un sujet que je ne connais pas, je prends le sommaire, trouve les notions de bases et pratique ces basiques. Je répète plusieurs fois ces basiques jusqu’à une bonne compréhension. À cette étape, les erreurs sont normales et font partie du processus d’apprentissage.
    • Quand je suis plus expérimenté : Si je connais déjà le sujet et j’ai été confronté à de nombreuses problématiques sur ce thème, l’idéal est de mettre en application le nouveau savoir disponible dans le livre. Je sélectionne (très important) quelques sujets du livre en question et je trouve le moyen d’intégrer cette nouvelle compétence dans mon quotidien. Encore une fois, Les erreurs font partie de l’apprentissage. Chaque échec imprime une marque dans mon esprit, ce qui rend (pour moi) ce savoir beaucoup plus persistant. Au fur à mesure des années, j’ai documenté ce savoir acquis seul dans un OneNote, pour y avoir accès si besoin.
Mon OneNote me permettant de synthétiser le savoir que j’ai appris ces 10 dernières années
  • Formations en présentiel ou en ligne : Une bonne formation se doit de contenir une mise en application du savoir qui est enseigné. Sans ça, on se retrouve surtout avec un cours magistral, ce qui est (à mon sens) une des pires façons d’apprendre. Que cela soit une formation en ligne ou en physique, le formateur a généralement un support de cours me permettant de revoir les bases et les éléments à maîtriser. Pour un sujet dans lequel je débute ou que je maitrise, le support de cours et les exercices sont ma ligne directrice. Les exercices donnés durant la formation doivent être répétés jusqu’à leur pleine compréhension. Une fois la formation maîtrisée, un nouveau champ s’ouvre à moi : la possibilité d’apprendre de nouvelles choses seul sur ce sujet.

D’autres méthodes que j’applique

  • Répétition espacée avec les « flashcards » : Anki est une application/site internet qui permet d’apprendre et de réviser des cartes-mémoires grâce à la répétition espacée.
  • Coller du contenu un peu partout chez moi : Oui, oui, il m’arrive de coller des post-it chez moi, cela m’aide à intégrer de nouvelles informations.
  • L’enseignement : Je forme des gens sur différents sujets (Data Engineering, la préparation d’entretien ou encore à la recherche d’emploi) et c’est souvent LE moyen le plus puissant pour consolider son savoir.
  • Et probablement la solution la plus évidente : En cas d’oubli, tout simplement, aller chercher le savoir dans mes livres. Il n’y a pas de honte à ça.

En réalisé, le savoir n’est jamais réellement perdu, l’oubli est quelque chose de sain, car notre cerveau est assez intelligent pour sélectionner ce qui est important de garder pour notre quotidien. Le plus important est de bien organisé son savoir.

Sources :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s